Le choix du sort
Le choix du sort
Il faut d’abord déterminer quel sort lancer. Prêtres, druides et magiciens, mais aussi paladins et rôdeurs expérimentés, font leur choix parmi les sorts qu’ils ont préparés en début de journée et qu’il leur reste en mémoire (voir Préparation des sorts de magicien et Préparation des sorts divins).
Bardes et ensorceleurs peuvent lancer n’importe quel sort, du moment que leur niveau leur permet de le faire.
Pour jeter un sort, il faut être capable de parler (si l’incantation a des composantes verbales), de bouger les mains (si elle s’accompagne de composantes gestuelles) et de manipuler les composantes matérielles ou le focaliseur, s’il y a lieu. Il est également nécessaire de rester concentré, ce qui est délicat en plein combat (voir plus bas).
Lorsqu’un sort propose plusieurs versions, le personnage choisit celle qu’il désire utiliser au moment de l’incantation ; il n’est pas nécessaire de préparer (ou d’apprendre, pour les bardes et ensorceleurs) une version spécifique du sort.
Une fois un sort préparé jeté, il n’est plus possible d’y faire appel tant qu’il n’a pas été de nouveau préparé (s’il a été choisi plusieurs fois, le personnage peut l’utiliser autant de fois qu’il l’a pris). Chaque fois qu’un barde ou un ensorceleur lance un sort, il est déduit de son quota quotidien, mais il peut le lancer à plusieurs reprises s’il le souhaite (tant que sa limite n’est pas atteinte).