Collines
Collines
Les collines s’élèvent parfois au sein d’un milieu naturel précis, mais il leur arrive également de dominer les alentours. Ce type de milieu naturel est divisé en deux groupes : les coteaux et les collines accidentées. Il s’agit généralement d’une zone de transition  entre un milieu accidenté, comme une montagne, et une plaine.

Attributs des collines
 
Catégorie de colline
 
Coteau
Colline accidentée
Pente douce
75 %
40 %
Pente raide
20 %
50 %
À-pic
5 %
10 %
Broussailles légères
15 %
15 %

Pente douce. La pente n’est pas suffisante pour affecter les déplacements, mais les personnages situés en amont bénéficient d’un bonus de +1 aux jets d’attaque au corps à corps.
Pente raide. Les personnages qui gravissent la colline doivent utiliser 2 cases de déplacement pour entrer dans une case de pente raide. Les personnages qui la dévalent en courant ou en chargeant doivent réussir un test d’Équilibre en entrant dans la première case de pente raide. De leur côté, les personnages dotés d’une monture doivent effectuer un test d’Équitation (DD 10). En cas d’échec, l’intéressé trébuche et met un terme à son déplacement 1d2 x 1,50 mètres plus loin. Les personnages qui échouent de 5 points ou plus se retrouvent à terre dans la case où leur déplacement s’achève.
Une pente raide augmente le DD des tests d’Acrobaties de 2 points.
À-pic. Pour gravir un à-pic typique, il faut réussir un test d’Escalade (DD 15). Celui-ci fait généralement 1d4 x 3 mètres de haut, mais peut- être aurez-vous besoin d’un plus grand. Un à-pic n’est pas parfaitement vertical. Il occupe des cases de 1,50 mètre s’il fait moins de 9 mètres de haut, et des cases de 3 mètres dans le cas contraire.
Broussailles légères. Armoises et autres arbustes rabougris poussent sur les collines, mais ils les recouvrent rarement en intégralité, comme c’est le cas dans les forêts et les marécages. Les broussailles légères confère un camouflage et augmentent le DD des tests d’Acrobaties et de Déplacement silencieux de 2 points.
Autres éléments des collines. Les arbres ont leur place dans les collines. De leur côté, les vallées abritent souvent un cours d’eau (1,50 mètre à 3 mètres de large pour 1,50 mètre de profondeur maximum) ou le lit asséché d’une rivière (tranchée de 1,50 mètre à 3 mètres de large). Souvenez-vous qu’un cours d’eau coule  toujours d’amont en aval.
Discrétion et détection dans les collines. Sur un coteau, la distance maximale à laquelle on peut effectuer un test de Détection pour déceler la présence d’autrui s’élève à 2d10 x 3 mètres. Dans des collines accidentées, elle est de 2d6 x 3 mètres. S’il n’y a pas de broussailles alentour, il est difficile de se cacher dans une colline. Le sommet ou la crête d’une colline confère un abri vis- à-vis des créatures situées en aval.
Les collines n’ont aucune incidence sur les tests de Déplacement silencieux et de Perception auditive.